Location Ukraine Ukraine

Que va-t-il arriver à Porochenko en cas de défaite?

Ce qui se passe en Ukraine atteint les sommets du grotesque sordide mais ce n’est à peine plus caricatural que ce qui se passe dans le reste du monde occidental et dans lequel nous sommes tous pris. Si on ajoute à cette sarcastique description le fait que ces gens-là ont été installés par la CIA et directement par Merkel et les Français déjà on mesure la proximité. Mais elle est encore plus importante si l’on sait que derrière le candidat pitre Zelensky (dont l’unique sens est : il faut virer le précédent), il y a Kolomoïski, le type le plus extraordinairement pourri qui se puisse imaginer (un juif qui a pour garde prétorienne des néo-nazis et dont le soutien en France est BHL) et le cocaïnomane dictateur pitre de Géorgie Mikhail Saakashvili. très lié au candidat du PS Rafaël Gluksmann. Ils entretiennent haine et mépris et ont besoin de l’extrême-droite pour faire régner la terreur. Tous ces gens-là donnent la nausée aux Ukrainiens et à ceux qui les connaissent. Mais nous avons en France ceux qui les maintiennent au pouvoir pour le malheur d’un peuple. Les démocraties occidentales semblent se vautrer dans une quelconque chute de l’empire romain. Quand 27 personnes possèdent la moitié de ce que possède l’humanité que peut-on attendre de ladite démocratie? (note de Danielle Bleitrach)

https://vz.ru/world/2019/4/20/973723.html

Demain, l’Ukraine accueillera le deuxième tour de l’élection présidentielle. L’humoriste Vladimir Zelensky surpasse clairement l’oligarque Petro Porochenko. Que signifient ces préférences politiques des citoyens ukrainiens, comment les candidats ont-ils modifié leur campagne après le premier tour – et comment l’actuel président de l’Ukraine va-t-il agir en cas de défaite?

Dès le début, le thème principal de la campagne était le retrait du pouvoir de l’élite dirigeante actuelle. Ce n’est pas que les Ukrainiens soient déçus du Maidan, mais ils sont certainement désillusionnés des hommes politiques qui sont restés au pouvoir à la suite de ses résultats. Les Ukrainiens, en principe, ne s’opposent pas à la politique générale du pays, mais ils souhaitent déplacer le pouvoir corrompu et inefficace.

La colonne vertébrale de l’élite politique moderne ukrainienne s’est formée lors des élections législatives de 1998 (Porochenko y a été élu député pour la première fois et Timochenko pour la deuxième fois). Après les événements de 2014, les affectations de personnel ont changé, de «nouveaux visages» sont entrés au Parlement et au gouvernement, mais le résultat global était encore pire.

Initialement, la question de la destitution de Porochenko a été soulevée et, en conséquence, le leader de la course était Ioulia Timochenko. Zelensky  jouait le rôle d’un spoiler: il devait recueillir les suffrages du chanteur Svyatoslav Vakarchuk et veiller à ce que Timochenko passe au second tour. Cependant, Vakarchuk n’est pas allé aux urnes, mais on a réussi à convaincre Zelensky. Et il s’est avéré que le problème n’était pas  Porochenko, mais celui de toute l’élite dirigeante, c’est pourquoi les gens sont prêts à voter pour tout candidat servi sur un plateau pourvu qu’il ne soit pas lié à cette élite …

Le résultat du premier tour est l’Ukraine vs laGalicie et le Donbass. Dans les régions de Lviv et de Ternopil, Porochenko a remporté la première place, à Ivano-Frankivsk – Timochenko, à Donetsk et à Lougansk (plus précisément – dans leurs « moignons » contrôlés par Kiev) – le candidat de la « plate-forme d’opposition » Yuri Boïko. Les deux derniers candidats ont été éliminés. Pour la majorité de leurs électeurs, Porochenko est inacceptable. Ils voteront pour Zelensky ou ne se rendront pas aux urnes.

La stratégie

Ce qui est drôle, c’est que l’idéologie des candidats est exactement la même: ils sont pro-occidentaux, ils sont anti-russes, ils sont nationalistes. Seul le degré de soumission diffère – Zelensky évite avec précaution le « discours de haine », que même Porochenko tente de moins utiliser.

Il y a ici un calcul sur différents groupes électoraux. Zelensky, originaire du Sud-Est et, de plus, avec des racines juives, est fondamentalement inacceptable pour l’ouest de l’Ukraine. Il n’a donc pas besoin de chercher à se battre pour cet électorat. La plupart des électeurs veulent une politique moins radicale et moins hystérique. Les gens en ont assez des cinq années de discours continu sur l’agression russe sur les ondes de toutes les cafetières et fers à repasser.

Compte tenu de ces circonstances, même Petro Porochenko avant le second tour a modifié sa stratégie afin de paraître moins radical (l’électorat nationaliste ne le lâchera pas).

Premièrement, le deuxième (voire le troisième) projet a été confié au célèbre «Armovir», fondement de la stratégie présidentielle du premier tour. L’armée est mentionnée, la question de la langue a évidemment perdu de sa pertinence (Porochenko est même allé jusqu’à  rappeler qu’il était «également russophone») et ils ont complètement oublié le Tomos. Même les affiches sur lesquelles Porochenko s’oppose personnellement à Poutine ont été retirées après que le président eut déclaré qu’il ne considérait pas Zelensky comme un agent du Kremlin.

Deuxièmement, Porochenko a promis de corriger tout ce que son prédécesseur avait fait au cours des cinq années précédentes. Etant donné qu’il s’agit de lui-même, il a admis ses erreurs. Il a promis une nouvelle politique du personnel politique («pas de partenaires commerciaux, pas de proches parents de Petro Porochenko ne seront  nommés tant qu’il sera président») et une véritable lutte contre la corruption. Pour le démontrer, il  a nommé Sergei Parashchenko, dont le principal mérite est le résultat record de Porochenko dans les villages qu’il contrôle, vice-gouverneur d’Odessa. C’était un choix approprié. Qui a emporté la conviction de tout le monde.

Paradoxalement, le principal  argument critique est la toxicomanie. Les groupies de Porochenko par perspicacité (ou par stupidité) ont dit tout de suite que Zelensky lui-même a attiré l’attention sur ce sujet en proposant de passer des tests. À propos, Porochenko affirme qu’il n’a aucune raison de soupçonner Zelensky de toxicomanie. On devrait le croire, mais il répète lui-même constamment qu’il s’inquiète de la possibilité qu’un toxicomane devienne président …

Des soutiens de Porochenko sont allés jusqu’à dire que Zelensky incarne la vengeance russe et que, immédiatement après son arrivée à la présidence, l’Ukraine sera occupée par la Russie qui déclenchera un génocide.

Ce qui est amusant, c’est que cet argument est le plus inutile. Aucune boue ne colle à Zelensky, il est protégée de manière fiable par le mythe de «l’homme du peuple». De plus, la saleté d’une source notoirement peu fiable – l’entourage de Porochenko – ne prend pas.

La stratégie de Zelensky a peu changé. Le principal changement réside dans le fait qu’il a finalement commencé à être progressivement introduit dans l’espace public-politique. En particulier, deux employés de son siège ont accordé un long entretien à « Liga » dans laquelle ils ont exposé les principales dispositions de son programme, les soi-disant. «10 premières décisions».

Cependant, pour dire que cette sortie a réussi, c’est impossible. Par exemple, dans trois points sur dix, rien d’intelligible n’a été dit – ils ont simplement indiqué qu’il y avait une position. Ceci, bien sûr, devrait plaire aux électeurs, mais la présence d’éléments «secrets» dans le programme électoral est quelque peu surprenante.

La chose la plus importante est que ce programme s’adresse clairement non pas aux Ukrainiens, mais à l’Ouest. Tout d’abord: Zelensky ne changera pas le cours stratégique de l’intégration européenne. Pour cela, il est prêt à s’appuyer sur les «europtimistes» et les « Varègues », il n’envisage pas de changer l’attitude de l’Ukraine à l’égard du problème du Donbass. Il a promis aux Ukrainiens des réformes économiques (les mêmes que celles que Porochenko avait déjà promises) et la loi sur les référendums (le seul élément de programme relativement original).

Heureusement, l’existence et le contenu du programme n’affectent pas la volonté des citoyens de voter pour Zelensky – ils ne votent pas pour lui, mais contre Porochenko.

Tactique

La tactique du président Porochenko a été réduite à imposer une participation de Zelenski aux débats. En règle générale, la législation ukrainienne prévoit la tenue de débats à la veille du scrutin, mais les candidats ne sont pas obligés d’y participer.

Porochenko a été convaincu par quelqu’un qu’il dominerait facilement Zelensky. Il est donc important non seulement de tenir des débats, mais également de les tenir avec la participation d’un adversaire (selon la loi, si l’un des candidats ne vient pas, l’autre obtient la totalité du temps). Avant le premier tour, on avait tenté de faire adopter par la Rada une loi sur la participation obligatoire des candidats aux débats, mais ça n’a pas marché. Il était également souhaitable de tenir ce débat à l’avance afin de faire mousser les erreurs attendues de Zelensky dans les médias (d’ailleurs, selon la loi, cette discussion n’est pas considérée comme un débat ; elle devrait avoir lieu à la veille du «jour du silence»).

En réponse, Zelensky a présenté des demandes moqueuses: une réunion au stade, des tests, etc., que Porochenko a gentiment remplies.

En général, l’opération spéciale qu’il a commencée pour forcer son adversaire au débat a conduit Porenchenko à sa perte – Zelensky l’a forcé à tenir le spectacle selon ses propres règles. Plus important encore, lors du débat, Porochenko a confirmé que Zelensky n’était pas un clown, pas un toxicomane, ni une marionnette à oligarque, etc., mais un candidat respecté à la présidence. Ou vice-versa: tout ce qui est dit à propos de Zelensky est vrai, et Porochenko lui-même est un homme qui discute avec un clown, un toxicomane et une marionnette à oligarque.

En même temps, les débats eux-mêmes n’auront aucun impact sur le résultat des élections, car, comme nous l’avons indiqué ci-dessus, l’ordre du jour est réduit à la formule «n’importe qui, mais pas Porochenko».

La tactique de Zelensky consiste toujours à communiquer le moins possible avec les électeurs. Il s’agit d’une campagne typique avec un candidat virtuel représenté par des vidéos sur YouTube, des appels sur les réseaux sociaux et des commentaires du personnel du siège (généralement masqués). Zelensky lui-même s’est limité à une grande interview par Dmitry Gordon avant le début de la campagne et à une réunion avec des représentants du monde des affaires (l’expérience a été jugée infructueuse). Cependant, il n’a cependant pas arrêté ses activités de concerts. En fait, les débats notoires au stade sont considérés exactement comme l’émission solo de Zelensky, avec le président dans un spectacle de danse.

À la veille du second tour, le siège a estimé qu’il était impossible de se passer d’un candidat dans l’espace politique public. Devenu un véritable candidat à la présidence, Zelensky a été obligé de quitter l’espace virtuel. Dans la semaine qui a précédé les élections, Zelensky a accordé une interview à RBC-Ukraine et a présenté son équipe à la télévision. On a montré aux électeurs que Zelensky était une personne réelle en dehors de You Tube et la télévision,  mais cela a nui à son image.

Il s’est avéré qu’il était vraiment mal préparé pour les représentations «en direct», son programme pro-occidental, et l’équipe ressemble à bien des égards à l’équipe d’Odessa de Mikhail Saakashvili. En passant, il s’est avéré que par «référendum», Zelensky ne voulait pas dire la procédure de consultation populaire, mais son propre sentiment d’avoir consulté la population.

Les résultats

Selon des données sociologiques déjà publiées, environ 70% des électeurs ayant l’intention de prendre part au vote et de choisir un candidat vont voter pour Zelensky. Pour Porochenko – pas plus de 30%. Il est impossible de combler cette lacune par aucun moyen technologique traditionnel. Porochenko n’a que trois options d’action dans cette situation.

1. Essayez de faire bonne figure et de rejoindre l’opposition, en essayant de se venger lors des élections législatives d’automne.

La probabilité que Porochenko réussisse n’est pas trop grande. Premièrement, il y a une énorme demande publique de poursuivre Porochenko lui-même et ses « chiens de porc » (du prénom du secrétaire adjoint du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, Oleg Gladkovsky, à qui est associé un scandale massif de corruption). Deuxièmement, le Bloc Petro Poroshenko est un parti de pouvoir typique, qui existe tant que la ressource administrative qui l’alimente est en vie. La question est de savoir si elle vivra jusqu’au milieu de l’été, au début de la campagne électorale.

2. Essayerz de conserver la présidence par des méthodes non électorales, c’est-à-dire un coup d’État.

La probabilité d’un tel développement est également faible. Premièrement, la défaite politique évidente de Porochenko remet en question la loyauté des forces de sécurité (le ministre de l’Intérieur, Avakov, joue depuis longtemps contre le président). Avant le premier tour, il aurait été possible d’essayer, mais maintenant, il n’est tout simplement pas possible de trouver cette compagnie de gardes qui a amené Elizabeth Petrovna sur leurs épaules au Palais d’Hiver. Deuxièmement, de telles actions ne seront pas approuvées par  l’Occident, ce que Merkel et à Macron n’ont pas manqué de lui rappeler.

3. Partir pour sa résidence permanente en Espagne, où le président ukrainien a une propriété. En passant, si Porochenko avait vraiment compris les désirs cachés des masses (comme il l’a déclaré aux médias), il l’aurait fait avant le premier tour …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *