Location France France

L’enjeu de la mémoire et les charniers de la haine…

En ce mois de novembre, on n’en finit pas de célébrer pour mieux déformer l’Histoire, j’ai des moments d’accablement tant la tâche paraît démesurée.

Ne nous faisons pas d’illusion, pas plus que la Révolution française, que Robespierre, la Révolution d’octobre, l’URSS ne relèvent de l’historiographie, mais toujours ces événements parce qu’ils posent l’actualité de la Révolution sont l’objet de la propagande. Ce qui a changé c’est le rôle que jouait jadis un parti communiste en ce domaine, puisque lui aussi prétendait à l’actualité de la Révolution.

Désormais il emboîte le pas à l’aile de la bourgeoisie qui se veut « progressiste » pour mieux être contre-révolutionnaire et nous avons droit à une interprétation trotskiste ou ce qui revient au même social démocrate.

Avec l’Histoire, il ne s’agit même pas de secouer cette inertie,  comme je le souhaite, de sortir les cadavres du placard pour libérer  les possibilités d’action des peuples, mais au contraire de toujours plus les aliéner en se battant la coulpe ou en inventant des héros imaginaires d’une Révolution inventée de toute pièce.  Qu’il s’agisse de la Révolution d’octobre, de son influence, de ses échos, devenu l’apologie d’un protagoniste trouble qu’est Trotski, et dont la cruauté est transformée en angélisme pour mieux remettre en cause la réalité de cette révolution, le parti communiste, du moins ses dirigeants nous menant vers un effacement de notre mémoire pour mieux revenir à l’avant Congrès de Tours, le jeu dérisoire autour de commun pour faire sauter les dernières lettres de communiste.

Alors que je suis convaincue que ça a été et cela reste la seule tentative pour imposer l’égalité, la justice entre tous les êtres humains, la paix dans la justice, un autre conception des êtres humains, j’assiste de mon vivant à l’étranglement , l’asphyxie, la participation à la propagande contre révolutionnaire…

Et pourtant si nous voulons avoir une chance de survie,  il faut comprendre notre histoire, celle globalement héroïque, les millions de sacrifices désintéressés qui ont imposé un autre pouvoir, une autre société, comprendre les échecs, en tirer leçon, mais notre leçon en fonction de nos objectifs. Nous avons choisi la caricature, la paralysie et à terme notre effacement.

Oui la Révolution d’octobre, l’URSS elle-même se présente comme un paroxysme, parce qu’elle est née dans la plus ignoble des Boucheries et les communistes ont été les seuls à se battre contre elle, à exiger la paix fut-ce au prix de leur vie, aimer la vie à en mourir…

Aujourd’hui, il y a la parodie de cette guerre ignoble, Il y a cet enlacement de Macron avec le Président allemand, cette farce devant les monuments aux morts,  pour célébrer ce qui fut une immense boucherie, des morts pour l’exemple. C’est  l’Europe que l’on nous vend et son rejeton sanglant les Etats-Unis, qui entama  sur les charniers européens la conquête de son hégémonie planétaire, pour mieux nous infliger l’inégalité, l’oppression, le mépris, la concurrence entre individus, la « morale » du profit,  comme une valeur cardinale, quel que soit le massacre qu’exige une telle spoliation… Il mit sous son aile protectrice les anciennes puissances coloniales pour amplifier le pillage de la planète. Il y eut alors des communistes qui portèrent la revendication à l’émancipation humaine, les luttes anti-coloniales, autant que les progrès de la condition ouvrière, les droits démocratiques y compris pour les femmes, la protection des faibles…  Oui ce fut une immense aventure que l’on tronque aujourd’hui à travers les médiocrités revanchardes de La social démocratieet des disciples de Léon qui trônent aujourd’hui place du Colonel Fabien.

Mais ce n’est pas tout, faute de communistes, la caricature des luttes anti-coloniales par le fascisme, le racisme, la religion dévoyée en crime.  Il y a aujourd’hui la célébration du bataclan, des victimes du terrorisme: on est passé ce jour là de la tuerie des enfants juifs massacrés à Toulouse dans l’indifférence,  à celui du meurtre « d’innocents »  c’est-à-dire de non-juifs. Comme disait Raymond Barre validant le massacre de la rue des Rosiers. Là encore la monstruosité, selon l’interprétation débarrassée des communistes n’a pas d’origine historique, simplement mythique, elle serait « islamiste » alors que comme tous les fascismes, elle a une origine de classe et un paravent identitaire pour porter la guerre civile entre les pauvres. Pour mieux une fois de plus désigner les pauvres ceux relégués dans le chômage, la stigmatisation comme les coupables, les inciter à la haine. Et il y a les imbéciles qui croient  que justifier ce fascisme est manifester de l’antiracisme alors que c’est un accablement de plus…  la confusion est le terreau propice à l’exploitation…

Et vous vous étonnez que le fascisme autochtone, celui xénophobe, raciste, antisémite, bien de chez nous,  resurgisse en Europe, avec le défilé, un de plus de ces ordures à Varsovie.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé, samedi 11 novembre, à une marche nationaliste à Varsovie. De nombreux Polonais se disant apolitiques ont rejoint cette manifestation patriotique, organisée par l’extrême droite à l’occasion de la fête de l’indépendance . Le rassemblement se tenait sous le mot d’ordre officiel « Nous voulons Dieu », une expression rappelant un chant catholique interprété parfois aujourd’hui comme un rejet de l’islam, auquel le président américain, Donald Trump, avait fait référence en juillet, lors d’une visite à Varsovie. Le président états-unien avait alors félicité la Pologne pour sa défense de « la civilisation occidentale ». A l’unisson, les manifestants ont scandé samedi des slogans appelants à la violence et à la xénophobie, tels que « La Pologne pure, la Pologne blanche ».  Cette « Marsz Niepodległości », inaugurée en 2009 et réputée comme le plus grand événement fasciste et nationaliste d’Europe, a rassemblé des participants venus de divers horizons européens. Une participation saluée par certains des orateurs à l’origine du rassemblement, qui ont martelé que « la culture chrétienne est supérieure à la culture islamique ».

J’ai commencé un travail sur les juifs et la Pologne, avec l’aide de Monika, mais je ne sais pas si j’aurai pas le courage de le mener à bien, tant les Polonais m’apparaissent dans leur masse des antisémites immondes. La manière dont ils ne cessent d’être les victimes de leurs maîtres qui les vendent, les force à s’expatrier, le tout en couvant la haine contre d’autres victimes est un cas d’école.

Je n’ai rencontré dans toute ma vie qu’une seule Polonaise qui ne soit pas antisémite, c’est Monika. Tous les autres, je dis bien tous les autres, mêmes ceux qui prétendent ne pas être anticommunistes, ni russophobes sont indécrottablement antisémites et à ce titre proche des rouges bruns. Leur sentiment national n’est plus que haine et envie. Quand la lutte des classes est effectivement devenue cette envie raciste, Macron a beau jeu de jouer les progressistes, de proposer le rempart européen, alors même que celui-ci est l’origine de cette situation.

De surcroît quand on voit l’alliance tout aussi immonde qui s’est nouée entre certains juifs « libéraux » proches de la CIA avec des gens comme Walesa, les pires antisémites qui soient, une église qui a rejoué avec cette haine pour en finir avec le communisme on se dit que jamais ces gens-là ne renonceront à manipuler une haine aussi pratique pour dépouiller les Polonais et d’autres de leurs conquêtes sociales. Les Polonais ont perdu leur droits, leurs conquêtes sociales, les femmes sont redevenus des ventres, et le résultat est comme le prouve les enquêtes qu’aujourd’hui 38% des Polonais se proclament ouvertement antisémites. Le chiffre ne cesse d’augmenter, alors qu’il y a moins de 10.000 juifs en Pologne. Alors que les communistes sont quasiment interdits, ces salauds (je les ai entendus) gueulent qu’ils pendront les juifs et les communistes et qu’il y aura autant de feuilles que de juifs et de communistes  C’est si pratique pour contenir le désespoir du plombier polonais. Simplement ils ont ajouté à la tradition anticommuniste, antisémite, l’immigré musulman, le basané…  Ils sont en plein dans l’Europe devenu lieu de concurrence entre les forces de travail… La peur de plus misérable que soi…

Ce que je lis parfois en France dans les réseaux sociaux ne déparerait pas…  Les imbéciles qui s’imaginent en étant antisémite défendre un anti-impérialisme des peuples musulmans, voir la Palestine, peuvent constater à quel point en Pologne, en Ukraine et ailleurs la haine du juif garantit celle du musulman et du communiste. 

Il est vrai que même le pouvoir communiste à la fin a favorisé en son sein les éléments nationalistes qui ont pris prétexte du conflit palestiniens pour traquer les juifs pourtant communistes, on se dit qu’il y a dans ce pays une pourriture, là et en Ukraine, dans la zone jadis polonaise en particulier alors même que les Polonais, juifs ou pas ont été massacrés par les nouveaux héros que sont les collaborateurs nazis de Bandera. Le tout avec la bénédiction je le répète de gens comme BHL et Soros… 

Tous ces gens là se valent et tant que l’on renoncera à être communiste et à défiler sous leur bannière les charniers proliféreront.

Une nausée vous prend et je ne sais pas si je vais avoir le courage de mettre ce charnier de la haine au jour… Surtout qu’il y a désormais dans mon propre pays tant d’écho de ce racisme immonde, de l’antisémitisme aussi pour nous enfoncer dans l’acceptation de la domination du capital. La manipulation de l’histoire des communistes par eux-mêmes ou plutôt des dirigeants qui ont décidé d’en finir au nom d’un idéal creux qui n’a jamais existé nulle part et qui sert de paravent au négationnisme historique, à la réhabilitation partout du fascisme.. 

Oui il manque à notre temps, aux exploités, à la majorité de nos peuples quelles que soient leurs origines, ce dont tout le monde devait se foutre, des communistes, pas seulement des communiste, un parti communiste digne de ce nom, nous avons besoin de sa force de son désintéressement, de son héroïsme ordinaire qui ne cherche ni la gloire, ni les récompenses et nous devons en finir avec ceux qui ne pensent depuis plus de vingt ans qu’à le détruire pour donner toute sa force à la contre-révolution.

Danielle Bleitrach

source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *