Location France France

“Fanny du Villars” : Le journal Le Monde ressuscite les morts pour mentir sur le Venezuela

by Romain Migus

Depuis plusieurs années, le journal Le Monde compte sur les habituels pamphlets antichavistes de ses collaborateurs Marie Delcas et Paulo Paranaguá. La première est correspondante du journal pour couvrir les évènements au Venezuela. Petit détail, elle est en poste à Bogota, soit à 1400 kilomètres de Caracas. Ça peut paraître assez étrange. On imagine assez mal un correspondant en Espagne relatant les derniers évènements tragiques de Catalogne depuis Paris. Pourtant la distance entre les deux villes européennes est plus courte que celle qui sépare les deux capitales latinas. Pour remédier à l’éloignement, la dite correspondance relève plus du commentaire élogieux des opinions de l’opposition à la Révolution bolivarienne. Mais ça, le lecteur du Monde n’en saura rien.

http://scd.france24.com/fr/files_fr/imagecache/france24_ct_api_medium_169/2016-05-18_0639_fr_nw_grab_q2_bogota_marie_eve_situation_venezuela_07h.jpeg

“Marie Delcas” fait aussi des correspondances pour RFI et France24 sous son vrain nom, Marie-Eve Detoeuf

La deuxième personne est un éditorialiste. Il s’agit de Paulo Paranaguá, alias le Comandante Saúl, rescapé chanceux d’un groupuscule trotskyste argentin de guérilla urbaine dans les années 70 (1). Viscéralement opposé aux gouvernements populaires d’Amérique Latine, M. Paranaguá confond, depuis maintenant de nombreuses années, propagande politique et journalisme, et massacre régulièrement la notion d’information honnête et équilibrée. Mais ca, le lecteur du Monde ne le sait pas.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15893.jpg

À ces deux militants politiques qui, sous couvert de leur carte de presse, relaient les tracts les plus odieux de l’extrême-droite vénézuélienne, s’ajoute désormais un troisième larron.

Depuis maintenant deux semaines une envoyée spéciale du Monde, “Fanny Du Villars” rédige des écrits à charge contre la Révolution Bolivarienne dans le plus grand mépris de toute déontologie et en claire violation de la Charte de Munich (au moins en ce qui concerne les articles 1,3,6,8,9 relatifs aux devoirs des journalistes). Or Fanny du Villars n’existe au Monde que depuis deux semaines, et n’a jamais rien écrit auparavant pour ce journal, ni pour aucun autre média.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16633.jpg

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16634.jpg

Articles de propagande signés par “l’envoyée spéciale Fanny du Villars”

Fanny du Villars n’est pourtant pas une inconnue au Venezuela. Née en 1775 en France, c’est une lointaine cousine du Libertador Simon Bolivar, avec lequel elle aurait entretenu une relation amoureuse et a correspondu jusqu’à la fin de sa vie. Fanny De Villars est décédée le 21 décembre 1837, prés de Lyon. Ce que l’on sait moins c’est que, visiblement, elle serait revenue à la vie, et travaillerait désormais pour le groupe de communication de messieurs Pigasse, Bergé et Niel.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16631.jpg

Fanny Louise Troubiand Aristiguieta épouse du Villars (1775- 1837) et le Libertador Simon Bolivar (1783-1830)

Certaines mauvaises langues qui ne croiront pas un seul instant à cette histoire de réincarnation pencheront plutôt pour dire qu’il s’agit là d’un pseudonyme. Or le titre « d’envoyée spéciale » confère une certaine légitimité aux faits rapportés par une personne qui est sur place, et qui est censée nous proposer une vision fidèle des évènements. Mais si cette personne n’existe pas,  on peut se demander s’il y a vraiment un envoyé spécial du journal Le Monde au Venezuela ? Et si oui, pourquoi alors utiliser un pseudonyme ? Il y a, à Caracas, des dizaines de journalistes étrangers travaillant pour des médias ou des agences internationales, et à notre connaissance, aucun ne se cache derrière le masque de l’anonymat. Ce qui  nous amène à nous demander qui est derrière ce pseudonyme et surtout d’où vient l’information que Le Monde offre à ses lecteurs.

En effet, « Fanny du Villars* » est-elle une personne directement liée aux franges les plus radicales de l’opposition vénézuélienne et dont la crédibilité ne résisterait pas à l’examen de son curriculum politique ? Est-ce un membre de la « Resistencia », ces groupes connus pour avoir brûlé vifs des Afro-vénézuéliens parce qu’ils ressemblaient à des chavistes ? Qui écrit ? Qui nous informe ? Un journaliste qui nous rapporte des faits ou un mercenaire de l’information, payé pour tergiverser et mentir sur la réalité du Venezuela ?

Les articles du spectre Fanny du Villars sont tellement caricaturaux qu’on peut aussi légitimement se demander s’il ne s’agit pas de travaux élaborés par un bureau de diplomatie publique, et qui échoue dans les pages d’un journal qui se prêterait au jeu de la propagande.  Un grand classique qui nous renvoie aux actions menées par Otto Reich et à la Office of Public Diplomacy for Latin America and the Caribbean  du gouvernement US lors de la guerre contre le Nicaragua sandiniste (2).

Il ne s’agit là, évidemment, que d’hypothèses mais une chose est sûre: les articles de « l’envoyée spéciale  Fanny du Villars » ne sont pas l’œuvre d’un journaliste honnête dont le but est d’informer ses lecteurs.

Le journal Le Monde est une nouvelle fois pris la main dans le sac de la propagande de guerre. Avec « Fanny du Villars », c’est notre droit à être informé qui est piétiné par le quotidien de révérence au pouvoir dominant.

Notes

(1) Jean Luc Mélenchon est le seul homme politique à avoir dénoncé le passé obscur et le parti pris idéologique de Paulo Paranaguá, (voir http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/10/21/retour-de-voyage-dans-la-vie-en-morose/). Ce Brésilien était avec Joe Baxter le leader de la Fracción Roja, une scission, commanditée par la Quatrième Internationale et la LCR française, de l’ERP, le groupe trotsko-guévariste de guérilla urbaine  dont elle voulait freiner la « dérive militariste ». Le groupe fut décimé par la répression.  Emprisonné avant le coup d’État de 1976, Paranaguá, au lieu de “disparaître” comme 30 000 autres, bénéficia d’un non-lieu sous la dictature militaire argentine et obtint l’asile politique en France en 1977. Il est entré au Monde en 2003. Des dirigeants historiques de l’ancienne LCR ont pris sa défense contre Mélenchon (voir https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/191116/nous-nacceptons-pas-de-voir-notre-passe-commun-insulte-par-jean-luc-melench)

(2) Voir sur le site du National Security Archive de l’Université George Washington:  http://nsarchive2.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB40/

*Fanny du Villars n’apparaît nulle part dans les listes de journalistes du Monde. Aucun hyperlien n’existe à partir de son nom sous les titres des trois articles publiés sous ce nom. En outre, il est manifeste que l’auteur des articles portant cette signature ne parle pas l’espagnol. Deux preuves :
-Son article Venezuela : les jeunes de la « Resistencia », entre déception et radicalisation commence par cette phrase : « Miguel parle l’anglais avec l’accent de New York où il a vécu ».
-Dans article Glissement vers la dictature au Venezuela : Caracas, capitale de l’angoisse (que le quotidien suisse Le Temps, reprenant l’article, titre simplement Caracas, capitale de l’angoisse), elle parle des “millionnaires «bolivariens» […] affublés de surnoms méprisants – Boliburguesos (première génération des «bourgeois bolivariens» enrichis sous Chavez) ”. Or, en espagnol on dit burguseses et non pas burguesos. [Note de l’éditeur]

source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *