Location France France

Minable il a été, minable il restera

Danielle Bleitrach

Ce qui caractérise à mes yeux le minable Hollande, c’est qu’il a choisi d’aller dans une obscure réunion chez les Saoudiens, plutôt que d’aller à l’enterrement de Fidel. Cela dit tout sur le personnage, la reconversion qu’il imagine pour lui entre allégeance aux Etats-Unis et conférences grassement payées à la manière de Clinton, Sarkozy et d’autres parasites. On peut aussi imaginer que dans un effort de conscience il a eu honte d’aller célébrer celui qui a uni son peuple dans la plus admirable des résistances autour de l’indépendance, la dignité mais aussi le droit à l’éducation et la santé. L’apôtre de la paix et des déshérités que tous les peuples du Tiers monde, tous les « édentés » vénèrent. L’histoire jugera, l’un et l’autre : est-il besoin d’insister sur son verdict.

Au bout de 50 ans, Fidel traverse dans une petite boîte, sans apparat, modeste, toute son île au milieu de la ferveur des Cubains. Hollande n’a pas pu se présenter une seconde fois, lui et son équipe gouvernementale, son parti donnent l’image d’une débâcle, ce qui ne serait pas un problème si ce travail de sape ne livrait pas la France à la revanche réactionnaire. Il n’a pas à faire un bilan, il doit se contenter de déposer son bilan, les cadeaux donnés en vain au patronat, la loi Khomery, l’échec d’une politique d’austérité, le bellicisme, n’avaient ouvert les vannes à une droite décomplexée. Celle-ci désormais peut annoncer le démantèlement de nos protections sociales.

Mais ce qui caractérise la petitesse du personnage c’est l’acharnement qu’il a mis à ne pas reconnaître la résistance communiste. Il a refusé l’entrée au panthéon d’un résistant communiste, il a accepté de corriger l’histoire au point de ne retenir pour cette célébration que quelques personnages égarés socialistes en niant le rôle joué par le parti communiste. Comme il a accepté l’interdiction des Russes pour célébrer la libération d’Auschwitz. L’anticommunisme, qui n’est que la vassalité au capital qui se donne des prétextes négationnistes, mène loin. Il ne lui restait plus qu’à ignorer les protestations populaires. Il a  divisé la gauche, flanqué de son avorton de premier ministre, en deux « gauches irréconciliables ». Résultat,  =aujourd’hui nous sommes devant un noeud de vipères dont les convulsions écoeurent ceux qui souffrent de sa politique.

S’il avait fait entrer au Panthéon un homme comme Ambroise Croizat, cela aurait été justice, mais surtout assorti de toute une campagne sur ce que représentait ce choix dans une France pourtant sortie exsangue de la guerre, cela nous aurait donné des armes idéologiques et politiques pour résister… Le mesquin, le foutriquet Hollande a été incapable de cette grandeur et il ne pourra que poursuivre dans cette logique, lui et son traître de service, le vizir qui voulait être sultan à la place du sultan.

Décidément sa place n’était pas à l’enterrement de Fidel Castro…

source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *